Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 décembre 2006 6 02 /12 /décembre /2006 10:52

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bureau luxueux, meubles en acajou. Le gouverneur Ulises Ruiz est assis à son bureau. Sa secrétaire semble quant à elle très affairée.

RADIO en bruit de fond : " La population descend dans la rue sous l'impulsion d'un syndicat enseignant réclamant une augmentation des salaires, la révolte gronde : Les touristes ont déserté Oaxaca. Les commerces ferment. Les enfants ne vont plus à l'école..."

Ulises Ruiz : - Mmm... Pas fameuses les nouvelles...

Ana Luna Penia Villalobos : - Si gouvernor... Yé croua qué nou salon nou fair mangié tout crou....

Ulises Ruiz : - Votre humour me semble... déplacé, Ana Luna.

Ana Luna Penia Villalobos : - Auriez-vous des remords ? Votre conscience vous empêcherait-elle de vous endormir ?

Ulises Ruiz : Pas de sarcasmes. Je ne fais que mon devoir me dicte. Vous savez les répercussions que pourraient avoir ces émeutes sur le pays et le reste du continent. Avec ces imbéciles de Boliviens qui réclament à présent la renationalisation des ressources énergétiques... Nous risquons gros, vous et moi. Vous savez que je devais intervenir. Pas seulement parce que je risque mon poste de gouverneur, non, pas seulement parce que ne pas intervenir m'ôterait tout pouvoir. Georges W a été clair sur la question.

Ana Luna continue à ranger des papiers sans l'écouter.

Ulises Ruiz : - Vous m'écoutez ?

Ana Luna Penia Villalobos, sursautant : Mais... bien sûr.

Ulises Ruiz : Servez-moi un verre de caïpirnha. Lula m'en a envoyé la semaine dernière.

RADIO en bruit de fond : "Nous sommes au cinquième jour d'assault. C'est l'escalade. Les manifestants tentent de prendre notre radio.

Olivia Antonia Caballero : - Ici Olivia Antonia Caballero, camarades, la lutte doit continuer. C'est avec mes tripes que je parle. Un homme vient de se faire assassiner sous mes yeux pour que je puisse m'adressser à vous. J'ai vu des hommes, des femmes, des enfants courir pour fuir les balles de l'armée. Les hélicoptères tournent sans cesse autour de ce quartier, visant ceux qui osent sortir de chez eux. Camarades, j'en appelle à la résistance face à ce massacre. Parce que nous ne pouvons laisser la barbarie l'emporter. Nous combattons pour l'avenir de nos enfants, pour ce sentiment de justice qui nous a guidé jusqu'ici. Notre colère ne se taira pas : dès que l'un d'entre nous mourra, c'est deux autres qui se relèveront. C'est parce nous n'avons pas d'autre issue, pas d'autre espoir que nous luttons. Nous exigeons la destitution d'Ulises Ruiz..."

 Ulises Ruiz : - Ma destitution, rien que ça... Cette Caballero, vous avez trouvé quelque chose sur elle ?

Ana Luna Penia Villalobos :  - Les antécédents classiques d'une militante syndicale : arrestations lors de manifestations, petites émeutes dès le lycée. Mais à part ça, rien...

Ulises Ruiz : - Que pourrions nous faire ? Lui fabriquer un passé... un divorce parce qu'elle battait son mari... un infanticide... une collaboration secrète avec le gouvernement... Non, mieux, le soutien de cette femme-là... en France... oui, la brune un peu scout qui est venue soutenir la présidente du Chili pendant les élections.

Ana Luna Penia Villalobos :  - Je peux vous fabriquer les photos en moins d'une heure. Je vais appeler Antonio...

Ulises Ruiz : - Parfait, prévenez les journalistes, je propose un titre du genre "La french touch"

Ana Luna Penia Villalobos :  - Vous êtes un homme de génie...

 

Contrainte de l'atelier :

- choisir un évènement marquant dans un article de journal

- choisir plusieurs personnages, les mettre en situation, retranscrire le contexte de l'article

- écrire un dialogue à partir de tout ça :

Voici les articles que j'avais choisis :

http://www.liberation.fr/actualite/monde/206780.FR.php

http://www.liberation.fr/actualite/monde/213812.FR.php

http://www.liberation.fr/actualite/monde/214767.FR.php

http://www.liberation.fr/actualite/monde/214293.FR.php

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Trottinette - dans écriture
commenter cet article

commentaires