Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 décembre 2006 5 08 /12 /décembre /2006 06:36

MadiKoulé a quinze ans, un regard intelligent.

Son visage est souvent inexpressif, impassible volontairement.

Il appartient à une grande famille de griot, mais ici, personne ne le sait. Il marche la tête haute.

Sur ses yeux et en dessous, des tâches de naissances discrètes lui donnent l'air d'un clown triste.

Enfant, il se sent différent. Il masque sa souffrance, s'entête souvent et n'essaie presque jamais.

Dans la cour, il hurle aux quatre vents. Je le regarde de manière apaisée et j'aimerais pouvoir le protéger.

Nous sommes tous assis. Leur courroux l'accable. Les mots tombent drus, condamnation sans appel.

Ses larmes coulent... "Larmes de crocodile", "Madikoulé est uniquement piqué dans sa fierté, ce n'est

pas pour ça qu'il se mettra au travail demain"...

Certainement, mais c'est un refuge, que faisons nous pour l'aider ?

Je ne savais pas quoi faire devant cette détresse, ces phrases définitives. Je n'aime pas que l'on parle

comme cela. Je n'ai pu que tendre un mouchoir. Il y a en moi la conviction qu'ils se trompent, que

Madikoulé est immature, mais seulement cela. Son âme est digne et belle comme un guerrier Masaï.

Il joue à être incopris, différent. N'est ce pas une manière d'exister enfin dans notre regard ?

Il joue avec son image de condamné, mais il est là, il n'est pas loin, dans le sourire échangé.

Partager cet article

Repost 0
Published by Trottinette - dans écriture
commenter cet article

commentaires