Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 décembre 2006 4 14 /12 /décembre /2006 08:47
 

Madame, Monsieur,


Nous sommes professeurs. Nous serons en grève le lundi 18 décembre, à l’appel de l’intersyndicale nationale qui regroupe tous nos syndicats (CNGA, FEP-CFDT, SE-UNSA, SGEN-CFDT, SNALC-CSEN, SNCL-FAEN, SNEP-FSU, SNES-FSU, SNETAA EIL, SNFOLC, SNPEFP-CGT, SNUEP-FSU, Sud-Education, SUNDEP, UNSEN-CGT) .

Nous souhaitons vous exposer les raisons de notre grève.


Depuis des semaines, par pétitions, manifestations au ministère, nous avons demandé au Ministre, M. De Robien de retirer son projet de décret modifiant notre statut de 1950 et d’engager des négociations.

Malgré la demande unitaire de tous nos syndicats, le Ministre fait un coup de force et veut faire passer son décret le 18 décembre.

Face au refus de dialogue du Ministre il ne nous reste plus que la grève.

Nous voulons vous exposer ici les raisons de notre refus du projet de décret.


Actuellement, un professeur est titulaire d’un diplôme obtenu après 4 ou 5 ans d’études dans la matière qu’il enseigne. On peut donc dire qu’un professeur est un spécialiste de sa discipline.

En sera-t-il, demain, autrement ?


Le projet de décret bouleverserait le métier d’enseignant : les enseignants pourraient se voir obligés d’enseigner une autre matière que la leur.


Ainsi, s’il manque de professeur de mathématiques, au lieu d’en recruter, le Ministère pourra obliger un professeur de Physique, de SVT, d’EPS, à enseigner les maths. S’il n’y a pas assez de professeur d’Histoire Géo, le Ministère pourra obliger par exemple un professeur d’Espagnol à enseigner l’Histoire Géo …


Pour les élèves, cette réforme, est une marque de mépris de la part du Ministère, puisque cela revient à leur donner des faux professeurs : « Mon professeur de Français est-il un vrai professeur de Français ? ». C’est ce que seront en droit de se demander, dès la rentrée 2007, tous les élèves et leurs familles. C’est une véritable tromperie organisée.


Pour les professeurs, cette réforme, représente une dégradation considérable de leurs conditions de travail, d’autant plus qu’elle s’accompagne d’une mesure qui revient à les contraindre, soit à travailler davantage pour le même salaire, soit à accepter une baisse de leurs salaires, alors même que le pouvoir d’achat des enseignants a chuté de 7% depuis l’an 2000. En outre, cette même réforme rendrait possible des nominations d’enseignants sur 3 communes à la fois ! Comment enseigner efficacement dans de telles conditions ? Ajoutons, enfin, que cette réforme, toujours dans le but de réaliser des économies, remet en cause l’association sportive des établissements scolaires.


Il manque des professeurs, c’est vrai, et, pourtant, des dizaines de milliers d’étudiants postulent chaque année aux concours d’enseignement, des milliers de professeurs non titulaires, sont au chômage. Le devoir de l’Etat est de recruter en nombre suffisant des professeurs compétents dans leur matière, et non pas de supprimer des postes aux concours d’enseignement ni de tromper les élèves et leurs parents en décidant qu’un professeur d’une matière peut en enseigner une autre.


Face à la surdité du Ministère, nous serons en grève le lundi 18 décembre et nous vous demandons votre soutien.


Veuillez agréer, Madame, Monsieur, l’expression de nos sentiments les meilleurs.

 


 

Partager cet article

Repost 0
Published by Trottinette - dans letrottiblog
commenter cet article

commentaires