Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 décembre 2006 5 15 /12 /décembre /2006 05:56

Souvent, j'espère que ma vie va changer. Pas différente, juste "plus", plus vivante, plus folle, plus émouvante. J'ai besoin de penser que tout peut changer. Je viens chercher l'espoir. Il y a soudainement le meilleur qui rayonne en moi. J'aimerais attraper les rayons de soleil, le vol des papillons, caresser les oiseaux. Tant de choses me meuvent, m'émeuvent. Pourquoi est-ce que je n'ose en parler ? Pourquoi ne puis-je pas affirmer librement qui je suis ? Loin des futilités et de la matérialité du monde.

Pourquoi est-ce que je ne rencontre pas d'interlocuteur pour tout ça, tout ce qui murmure en moi ? Je me cache derrière ma fierté, derrière mes douleurs, derrière mes soupirs, derrière les mots des autres... Et pourtant, là pas loin, j'attends, comme si cela devait venir de l'extérieur. J'aimerais qu'on me prenne par la main pour me dire "Qui es-tu? Je t'écoute. Montre-moi et je te montrerai, donne-moi et je te donnerai." Loin des engagements, des contraintes, juste un échange fait de liberté et d'envie.

Tony me demandait l'autre jour d'où provenait ce désir des femmes d'entendre parler les hommes de leurs sentiments, de ce qu'ils pensent, sans cesse, sur tout. Mais n'est-ce pas le moyen de rencontrer l'autre, d'entrer réellement en contact avec la nature profonde de chacun ? En regaardant qui est l'autre, n'est ce pas la meilleure manière de déterminer qui on est soi ? Ne serait-il pas beau de penser que chacun a à donner aux autres le plus intime mais aussi le plus fort de lui-même. Dans ces moments, je me sens invincible, prête à donner pour mille, peu importe ce que je reçois.

Alors je pose un regard patient, amusé et posé sur le monde qui vit autour, sur ce café qui va changer dans quelques semaines. Je viens de capturer les images, d'emprisonner ce lieu en moi. J'y ai vécu tant de choses ces derniers mois. Une tanière disparaît. Je suis contrainte de passer à autre chose. Pour moi, cela sera difficile parce que j'ai encore besoin d'un refuge pour écrire, pour me retrouver, pour me disséquer. J'ai écrit des milliers de mots ici, j'ai vu des centaines de visages. La vie qui vit, le temps qui file, qui change. Comment vais-je faire à présent ? Si je devais arrêter le temps dans ce lieu, je le ferais sans hésiter. Combiend e fois ai-je levé le nez de mon carnet pour regarder et enfoncer en moice que je voyais, ce que je ressentais. La sécurité que je n'avais jamais ressentie, je l'ai vécue un peu ici...

Comme il est dur de voir disparaître ce que l'on est pas sûr de revivre...

Partager cet article

Repost 0
Published by Trottinette - dans écriture
commenter cet article

commentaires