Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 février 2007 7 11 /02 /février /2007 10:53
Pour l’écriture de ce qu’on ne peut vivre
On écrit toujours ce qu’on ne peut pas vivre. Mais l’écrivain est aussi, comme disait Camus, à la fois solidaire et solitaire. Il travaille devant une feuille blanche, il n’a rien d’autre. Un compositeur a un piano, un luth, ou un clavecin. Il entend ce qu’il fait. Un professeur est accompagné. Mais quand un écrivain se retrouve tout seul devant ce papier, il souffre. C’est là qu’est la solitude. Allez, sors ce que tu as à dire. Ne mens pas au lecteur parce que si tu lui mens, tu te mens à toi-même. Se mentir à soi-même est la pire chose qui puisse arriver à un être humain. L’écriture peut aussi donner lieu à une œuvre imaginative. Que serais-je devenu si j’étais rentré chez moi en tant qu’ingénieur chimiste, sans avoir jamais écrit de livres ? Mystère. Un verset dit : "votre prophète ne peut pas prévoir l’avenir". Nous ne pouvons le prévoir, mais nous pouvons l’imaginer. Le véritable travail d’écriture se fait par cet imaginaire, bien plus vaste que le sensible ou l’intellect.
Driss CHRAIBI

Partager cet article

Repost 0
Published by Trottinette - dans letrottiblog
commenter cet article

commentaires

Allan 14/02/2007 18:05

Moi je laisse juste un ptit mot pour dire que je ne suis pas d'accord avec ce môssieur.Sur la solitude de l'écrivain, c'est juste pour se faire mousser. De dire que le compositeur a son piano, c'est de la réthorique. Dans cette logique, l'écrivain, lui, a un stylo.
Ensuite, ne pas mentir au lecteur, c'est se fermer des millions de portes pour n'en garder qu'une ouverte. C'est triste. Mais je pense qu'il ne dit cela que parce qu'il ne faut pas que le lecteur sache qu'on lui ment ?!! hu hu.
Après je dis ça un peu juste histoire de faire mon malinou.Bonne Saint Valentin mon amour !

trottinette 13/02/2007 18:06

Oui, oui faut lire Driss Chraïbi, c'est un auteur... inclassable.
Il a été mon auteur de prédilection dans mes années adolescente, une belle rencontre. J'ai même fait mon mémoire de maîtrise sur l'un de ses romans. Je voulais faire cette note et mettre en ligne un de mes textes qui a été écrit en y pensant... probablement la prochaine note...
Quant à cet entretien, j'aimais l'idée du travail sur l'imaginaire, qu'écrire, c'est souvent écrire ce qu'on ne vit pas... Je fonctionne assez comme ça je crois. Et puis Tel Quel est une revue intéressante alors voilà !
Et pis aussi merci de laisser des commentaires, ça fait du bien !

Bertrand 12/02/2007 22:18

Très belle interview ! Ca me donne envie de mieux connaître cet auteur, et je ne te félicite pas : j'ai encore une cinquantaine de livres à lire ! ;-)