Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 février 2007 7 18 /02 /février /2007 16:36

Ecriture en atelier : Ecrire à partir d'un tableau

Lundi 20 mars 2006,

Le désordre en moi, ça déchire, ça taille, ça tiraille. J'ai eu une vie bien lisse, bien propre, bien nette. 20 ans des études - 25 ans un mariage - 30 ans un enfant - 35 ans un deuxième - 40 ans une maison à nous - 45 ans ça tire, tout se déchire. Fini le lisse, le propre, je ne vois plus que les failles. Quand je me regarde, je mesure tout ce à quoi j'ai renoncé, mes rêves s'incarnent sur ma peau nue, le désir des autres en moi, sur moi imprimé, je vois mes rêves qui se consument, les pages noircies tatouées sur mes pieds. La souffrance ne m'a pas usée, elle hurle, ça déchire, ça tire encore. Ce qui renaît maintenant c'est le bouillonnement intense, la flamme ravivée, celle de l'inconnu des autres, les aventures de soi. Je ne veux plus du lisse, du reflet mensonger de la vie réussie, lisse. Mes enfants je n'ai pas su les élever, ma maison si propre, si morte, pas de poussière, rien qui bouge, rien qui dépasse. Un mari qui court après l'usure du temps.Une vie réussie, vide comme un cercueil. J'ai eu peur de ne pas obtenir, parvenir, remplir. Les mots se sont désséchés. Il ne reste qu'un reflet trompeur parce que j'ai tourné le dos à ma vie. J'ai flétri mes rêves en les baillonnant, en les masquant de réussite sociale. ça tire, ça hurle de ce qui repousse, de ce qui n'a pas été tû, tué. Ma vie est un revêtement incolore, inodore. Je ferme les yeux, je compte jusqu'à trois, mon corps va disparaître.

Partager cet article

Repost 0
Published by Trottinette - dans écriture
commenter cet article

commentaires